Il y a plusieurs portes d’entrée vers la Demeure de mon Père

Pope Francis Selfie

Hier matin, dans son homélie, Mgr Rey citait notre pape François et son injonction aux jeunes aux JMJ de Rio : « Ne soyez-pas des chrétiens à temps partiel ! »

Mais quelle simplicité dans ces prises de paroles, dans ces homélies, dans ces messages lancés au monde par notre pape ! Et dans ces tweets qui sont plus retweetés que ceux de Barack Obama ! Car ces tweets sont d’une simplicité et d’une limpidité déconcertante. Ceux de Benoit XVI l’étaient déjà, dans une moindre mesure, et ceux du pape François continuent sur cette lancée. Et cela me semble très intéressant. Lire la suite

Publicités

Bref, c’est la merde.

20131029-134853.jpg

François Hollande n’en peut plus. Trop critiqué pour ses revirements et ses prises de parole télévisées intempestives, il a préféré jeter aux lions celui qui n’est finalement pas plus visible que François Fillon en son temps : Jean-Marc Ayrault. Le premier ministre vient en effet d’annoncer la suspension de l’écotaxe sur les poids-lourds sur l’ensemble du territoire en cédant aux pressions des paysans bretons. Je ne m’étendrai pas sur cette mesure prise par le Grenelle de l’Environnement sous le gouvernement Sarkozy, ni même sur ces revirements, renoncements et disputes interministérielles qui achèvent la crédibilité du président et de son gouvernement digne de l’Equipe de France de la coupe du Monde 2010. Cela va sans dire, en témoigne cet article dont le titre sonne comme un couperet de guillotine : François Hollande pulvérise le record d’impopularité de la Ve République. Au gouvernement, on doit se dire « Bref, c’est la merde. ». En tout cas, c’est ce que se disent une bonne partie des français. Lire la suite

T’as messe ce soir ?

« T’as messe ce soir ? » Me textotait un ami un dimanche. Certains auront tout de suite vu l’erreur : on dit aller à la messe, pas avoir messe. Une formulation bien étrange comparée à avoir badminton, regarder un film, ou aller au cours de danse. Mais une formulation pourtant lourde de sens.

En effet, on dit toujours, peu importe où, peu importe quand, qu’on va à la messe comme s’il n’y en avait qu’une seule. Où est le problème ?

messe

Lire la suite

Infinite

Il y a des jours où tout va mal. Des jours où tout fout le camp, où l’on a envie de se pendre avec sa cravate. On broie du noir, on s’accroche à sa couette, et on passe en mode Caliméro. La vie continue bien malgré nous, et l’on marche à reculons. On en veut à la terre entière. Notre prière n’est plus qu’une longue plainte, on supplie le Christ de nous aider, en espérant que tous nos problèmes disparaissent comme par magie.

Et puis tout à coup, l’on se retrouve en face de ça :

Alors nos yeux s’éclairent : L’infini. Voici la réponse de Dieu à nos petits soucis. Tout prend sens. Le brouillard se dissipe. Vient une sensation profonde de bien-être, peut-être même de bonheur. Voilà ce que tu m’offres chaque jour, Seigneur. Et moi qui ose m’accrocher à mes petits problèmes ! Lire la suite

Réac, l’Eglise ?

IMG_0127

De toute évidence, pour bon nombre de nos concitoyens, l’Église est une vieille institution croulante, réactionnaire et obscurantiste. Un des plus brillants arguments que nos détracteurs ont trouvé pour nous prouver que la Bible n’est que sornettes est d’ailleurs qu’il existe des contradictions entre certains passages de la Bible. Entre l’Ancien Testament et le Nouveau, mais même entre les différents livres de l’Ancien Testament. C’est bien évidemment la preuve que l’Église est obscurantiste, puisqu’elle n’est même pas cohérente, elle n’est même pas logique !

Mais cet argument tombe très vite. En effet, la Bible s’étant établie — et non écrite, c’est un autre problème — sur plus de 1500 ans, il est envisageable de penser que l’humanité a évolué, et donc que la Bible a répondu à différentes exigences à différent moments de l’Histoire. Inévitablement. Ne pensez-vous pas que nous avons un peu évolué depuis Clovis ? Depuis le vase de Soissons ? Lire la suite

La parole permet-elle de communiquer ?

IMG_8664

En quittant la prépa en cette fin d’année scolaire, je dis adieu à un certain nombre de choses, y compris à la traditionnelle dissertation tripartite à la française. Cette année, le thème du cours de Français-Philosophie était pour tous les élèves de prépa scientifique La Parole. Cette problématique n’étant pas du tout évidente au premier abord, contrairement aux thèmes des années précédentes (Le Mal et La Justice), dont tout le monde peut dire quelque chose sans avoir suivi le moindre cours sur le sujet. En cela, cette thématique était assez intéressante. Je vous transmets donc mon dernier devoir à la maison, fruit d’un assez long travail je dois dire, qui peut forger un aperçu de la thématique tout en donnant une idée des contraintes assez particulières de l’exercice demandé en classe préparatoires, respectées scrupuleusement ici. Ce dernier se fait presque obligatoirement en trois parties, et s’appuie essentiellement sur trois œuvres fixées par le programme, auxquelles il faut faire référence dans chaque sous-partie. Cette copie n’est pas un exemple à suivre – bien que j’aie eu une bonne note, sinon je n’aurais pas osé vous la montrer –, encore moins un corrigé, mais peut vous donner une idée. Voici le texte retranscrit tel quel – j’ai simplement mis en évidences les différentes parties pour faciliter la lecture. Lire la suite