Naissance d’une nouvelle génération

Journal de bord d’un jeune parmi tant d’autres opposés à la loi Taubira

Veilleurs

Dimanche 14 avril

Le mouvement s’accélère. Les réseaux sociaux en sont saturés. Et les blogueurs (ici) de remarquer la force et le pacifisme des manifestants. Mais allons droit au but : pour ma part, j’ai un avis beaucoup plus réservé. Ce qui se passe aujourd’hui, ce n’est pas le printemps français. Et ça n’a pas à être le printemps français. Nous ne devons pas accepter que certains commencent à revendiquer la démission du Président. Parce que chercher à affaiblir le gouvernement n’est pas dans notre intérêt, ni dans celui de personne.

En effet, la manifestation du 24 mars a vu les choses commencer à s’envenimer. Les premiers gaz lacrymogènes montraient l’agacement mais aussi l’anxiété du gouvernement. Et puis c’est devenu une habitude. Depuis, chaque évènement est l’occasion de faire monter un peu plus la violence des réactions de part et d’autre. Sauf qu’il y a une action tous les jours. Que les rues parisiennes deviennent le lieu d’affrontements de plus en plus violents. Que l’escalade de la violence, phénomène hélas bien connu, ne s’arrêtera pas. Lire la suite

Publicités

Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait

IMG_0001

Je suis allé sur la place de l’Etoile dimanche, faire face aux CRS. De mon plein gré. Et j’ai été aspergé par les gaz lacrymogènes. Je l’avais cherché.

À aucun moment je n’estime avoir été victime de violences policières injustifiées. Oh, j’ai bien conscience que d’autres l’ont été, mais tel ne fut pas mon cas. Lors de la manifestation, affecté au service presse, j’entendais dans l’oreillette le récit des autres observateurs : « Ça craque de partout », « Les CRS sortent les casques et les boucliers », « Les gens font un sit-in », « BFM TV est sur la place de l’Etoile », « Christine Boutin a été filmée sur la place ». Conscient que désormais, les médias ne s’intéresseraient plus au million de personnes situées devant le podium, j’ai fini par aller voir et filmer ce qui se passait, et au bout d’un moment, conscient que la Manif Pour Tous ne pouvait rien faire et n’avait rien à faire sur la place, j’ai retiré mon badge et refilé ma radio. Lire la suite