Bref, c’est la merde.

20131029-134853.jpg

François Hollande n’en peut plus. Trop critiqué pour ses revirements et ses prises de parole télévisées intempestives, il a préféré jeter aux lions celui qui n’est finalement pas plus visible que François Fillon en son temps : Jean-Marc Ayrault. Le premier ministre vient en effet d’annoncer la suspension de l’écotaxe sur les poids-lourds sur l’ensemble du territoire en cédant aux pressions des paysans bretons. Je ne m’étendrai pas sur cette mesure prise par le Grenelle de l’Environnement sous le gouvernement Sarkozy, ni même sur ces revirements, renoncements et disputes interministérielles qui achèvent la crédibilité du président et de son gouvernement digne de l’Equipe de France de la coupe du Monde 2010. Cela va sans dire, en témoigne cet article dont le titre sonne comme un couperet de guillotine : François Hollande pulvérise le record d’impopularité de la Ve République. Au gouvernement, on doit se dire « Bref, c’est la merde. ». En tout cas, c’est ce que se disent une bonne partie des français. Lire la suite

La méritocratie, aujourd’hui en France ?

Dans le cadre de mes études, j’ai été amené à produire un devoir oral sur le concept de méritocratie. Je vous le retranscris ici, après un travail de reformulation qui n’enlève certes pas le côté scolaire et rébarbatif du texte – et je m’en excuse – mais qui j’espère a éliminé les coquilles.

Egalite-des-chances-KONK-W

La méritocratie est par définition un système politique dans lequel les postes et les responsabilités sont confiés aux individus qui ont démontré leur intelligence ou leur aptitude à cela. Le terme vient de mérite et kratos, pouvoir, autorité. Elle tend à hiérarchiser et à promouvoir les individus dans la société en fonction de leur mérite et non d’une origine sociale (système de classe), de la richesse ou des relations individuelles (népotisme). La méritocratie est donc un idéal vers lequel on peut tendre, où les dirigeants seraient les plus compétents pour leur tache, et où les places seraient ensuite distribuées de la même façon pour garantir un fonctionnement optimal de la société et une équité pour les individus. On rejoindrait alors une vision proche de celle de Darwin et de sa théorie de l’évolution, dans laquelle les hommes les plus aptes et méritants sont sélectionnés. Considérée parfois comme une utopie, la méritocratie cherche à remplacer et éliminer les tendances népotiques et opportunistes toujours présentes dans une société, en cherchant à sélectionner les meilleurs pour les postes importants sans critères sur la richesse, l’influence ou le milieu social dans l’objectif de se débarrasser des conflits d’intérêts et d’assurer la paix civile.

Dans quelle mesure sommes-nous dans un système méritocratique ? Comment déterminer les plus méritants ? Lire la suite