Fides, Spes et Caritas

IMG_7596

Hier soir, alors que nous ne l’attendions pas si tôt, la fumée blanche a bouleversé le monde.

Comme je vous l’avais dit ici, je me sentais très proche de Benoît XVI, mon pape. Celui de ma jeunesse. Alors, pensez-vous, le suivant, je l’attendais au tournant. Le conclave, je l’ai suivi avec beaucoup d’attention, et finalement surtout beaucoup de curiosité.

Et puis voilà, la fumée blanche.

Hystérie, stress. Mettre la télé à fond. Tweeter comme un forcené. Envoyer des SMS à son père coincé dans les transports en commun. L’attente. Déboucher une bouteille. La finir à deux sans s’en rendre compte. Et enfin, Jean-Louis Tauran qui sort sur le balcon. Dans ma tête, c’était « Allez, pas un italien, pas Scola, il a un nom à sortir de la série Borgia. Quelqu’un d’autre. Allez, Ouellet, il a l’air cool lui ! »

Et puis le cardinal Tauran, avec une voix bizarre, un mouvement de tête bizarre, annonce Bergolio. Bergoquoi ? Mais c’est qui ce planqué ? Jamais entendu parler. Tiens, il a choisi Francesco. Premier du nom ? Personne n’avait jamais eu l’idée ? Marrant ! Un nouveau François Ier. Ça va rappeler des mauvais souvenirs aux Gardes Suisses ça. Et il est argentin. Tiens, ça lui fait au moins un bon point : il n’est pas européen. Il est jésuite. Certes, et alors. Bon, en attendant, il a quelle tête ? Lire la suite

Publicités