Vers une position chrétienne sur l’homosexualité ?

Catéchisme de l'Eglise Catholiques, §2357-2359

Le débat sur le mariage homosexuel est loin, et tant mieux. Loin de moi l’idée de vouloir l’ouvrir de nouveau, mais force est de constater que même si nous avons passé l’année dernière à affirmer que nous n’étions pas homophobes, une bonne partie de mon entourage proche1 « n’aime pas les pédés ». Ne nous cachons pas derrière des périphrases, c’est un fait, dont la réalité me frappe presque tous les jours. Et c’est attristant, désolant, profondément blessant et véritablement inacceptable.

Il y a la position de l’Église sur l’homosexualité, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle compliquée, affirmant en substance que l’homosexualité est « contraire à la loi naturelle » et « ne saurait recevoir d’approbation en aucun cas », tout en ne condamnant pas les pêcheurs par la distinction2 entre personnes et actes (lire à ce sujet le très bon billet d’Incarnare sur Cahiers Libres). Il y a aussi cette partie des représentants de l’Eglise – laïcs comme religieux – qui suit la position de Philippe Ariño et sa thèse du fantasme de viol, ce qui me semble aberrant et extrêmement blessant pour les personnes homosexuelles. Lire la suite

Et maintenant ?

941544_528615547201415_1863864687_n

Face à la déchristianisation du Vieux Continent, l’Eglise, en la personne de ses évêques et de ses papes, nous encourage à donner l’exemple. Elle nous exhorte à être toujours plus saints. Face à la perte de valeurs et de foi de notre pays, le seul moyen de lui rendre est de lui donner envie de nous ressembler, de lui montrer que notre foi nous recentre sur l’Essentiel, et nous rend heureux. C’est l’évangélisation par l’exemple, finalement.

Aujourd’hui, ce n’est plus seulement la foi que la société perd, ni même les valeurs éthiques qui nous sont chères, mais bien ce que nous n’aurions pas pu imaginer il y a peu : l’identité biologique, la différence des sexes, l’importance de la famille. Cette loi Taubira, même si elle ne changera pas notre quotidien, est symptomatique d’une société qui veut s’affranchir de toutes les règles, qui ayant fini de déconstruire les interdits sociaux, voudrait s’affranchir des lois naturelles, biologiques. Lire la suite

Une tâche noire sur un tableau blanc

La tache

Introduction

Suite au débat sur le mariage pour tous, j’ai remarqué que la question fondamentale qui divise tout le monde est de savoir si les couples homosexuels et hétérosexuels sont équivalents. S’ils sont équivalents alors pourquoi refuser le mariage aux homosexuels ? Ma question se porte donc sur la définition du couple. Philippe Ariño dit qu’on demande aux homosexuels de singer le couple hétérosexuel. Pourquoi cela ? Il y a-t-il vraiment une différence entre le couple hétérosexuel et le couple homosexuel, en est-il un supérieur à l’autre, ou sont-ils assez différents pour avoir leur singularité propre ?

Le couple

Qu’est-ce qu’un couple ? Le dictionnaire donne la définition suivante : « ensemble d’un homme et d’une femme lié par le mariage ou par l’amour ». Dans notre contexte, cela pourrait être perçu comme faux, comme de l’inégalité, de l’homophobie… Changeons donc cette définition. Si l’on ne met que « ensemble de deux personnes » la définition est à peu près correcte mais pas satisfaisante car la particularité d’un couple c’est qu’il cherche à rester couple, un lien existe entre les deux personnes du couple. Donnons donc comme définition « ensemble de deux personnes qui cherchent à rester ensemble ». Mais là encore, la définition n’est pas satisfaisante, puisqu’alors, deux amis forment un couple. Ce qui lie un couple c’est l’amour, quoique. En effet, les humoristes nous rappellent assez ce moment crucial après la nuit où la femme pose la question de trop : « Tu m’aimes ? » Question à laquelle le garçon ne sait pas répondre, il ne sait pas s’il aime la fille avec qui il est en couple. Ceci bien sûr est un énorme cliché, mais comme tout cliché il contient une part de réalité : un couple n’est pas nécessairement un couple qui s’aime. Si on ne peut pas qualifier d’amour le lien qui unit deux personnes d’un couple, ce lien est donc au moins une attirance corporelle, parfois doublé d’un sentiment, en tout cas quelque chose d’assez fort, sinon, le couple ne tient pas, il casse. Donc un couple c’est « un ensemble de deux personnes attirées entre elles et désirant rester ensemble le plus longtemps possible ». Cela crée donc un lien particulier entre ces deux personnes, lien qui cimente la vie en couple. Lire la suite

J’irai manifester dimanche

success-kid-manif-pour-tous1-9589d

Il y a quelque temps de cela, je vous faisais part de mon intérêt pour le sujet du Mariage pour tous, projet de loi du gouvernement, dont la célébrité n’est plus à mettre en cause. Je vous avais dit que j’envisageais de revenir sur le sujet ; c’est donc ce que je ferai ici. A cette époque-là, j’avais lu beaucoup de choses à ce propos, et j’ai continué à le faire, en recoupant toutes sortes d’arguments, très fondés pour la plupart, mais sans réellement me les approprier. Ces débats, ces dialogues, ces évènements, ces arguments, ont fait leur chemin dans ma tête, et j’ai pu finalement me forger ma propre réponse. N’attendez-pas que je cherche à convaincre qui que ce soit avec un arsenal d’arguments bétons, j’en serais bien incapable. Mais je vais essayer de transcrire ici le cheminement intellectuel qui m’a amené à prendre la décision d’aller à la manifestation de dimanche. En effet, je n’étais pas allé à celle du 17 novembre, et ce pour deux raisons, fils conducteurs de cet article. D’une part, je n’étais pas intimement persuadé de mon opposition au projet de loi, et de l’autre, l’idée de la manifestation ne me chantait guère. Commençons par le début.

Finalement, que les gays se marient, quelle importance ?

Je baigne dans un environnement catholique majoritairement hostile au mariage homo. A partir de là, j’ai entendu beaucoup de choses dans tous les sens, pour expliquer en quoi un couple homosexuel qui se marie, ce n’est pas une bonne chose, car transforme le mariage, les normes de la société, etc. Cela m’a satisfait un certain temps, ces arguments un peu tout fait me dispensant de me forger ma propre opinion. Mais en y réfléchissant, ce bouleversement un peu fin du monde style ne me semble pas si latent, et il faut reconnaitre que quand on a dit la même chose du Pacs, cela n’en a rien été. Et puis, au juste, là où j’en suis, qu’est ce que j’en ai à faire que des homos se marient devant M. le Maire pour se sentir acceptés par la société et se sentir égaux aux autres … S’ils en ressentent le besoin, qu’est-ce que cela peut me faire ? Si cela peut permettre d’aider des personnes qui ne se sentent pas toujours acceptées, voire pas toujours respectées, tant mieux, non ? Si ça bouleverse le mariage civil, au pire, qui y croit encore, au mariage civil ? Pour moi, il n’y a que le mariage religieux qui a du sens. A partir de là, finalement, j’aurais préféré m’en fiche que d’être contre. Au final, le mariage homo, ça ne me fait ni chaud ni froid. Lire la suite