La parole permet-elle de communiquer ?

IMG_8664

En quittant la prépa en cette fin d’année scolaire, je dis adieu à un certain nombre de choses, y compris à la traditionnelle dissertation tripartite à la française. Cette année, le thème du cours de Français-Philosophie était pour tous les élèves de prépa scientifique La Parole. Cette problématique n’étant pas du tout évidente au premier abord, contrairement aux thèmes des années précédentes (Le Mal et La Justice), dont tout le monde peut dire quelque chose sans avoir suivi le moindre cours sur le sujet. En cela, cette thématique était assez intéressante. Je vous transmets donc mon dernier devoir à la maison, fruit d’un assez long travail je dois dire, qui peut forger un aperçu de la thématique tout en donnant une idée des contraintes assez particulières de l’exercice demandé en classe préparatoires, respectées scrupuleusement ici. Ce dernier se fait presque obligatoirement en trois parties, et s’appuie essentiellement sur trois œuvres fixées par le programme, auxquelles il faut faire référence dans chaque sous-partie. Cette copie n’est pas un exemple à suivre – bien que j’aie eu une bonne note, sinon je n’aurais pas osé vous la montrer –, encore moins un corrigé, mais peut vous donner une idée. Voici le texte retranscrit tel quel – j’ai simplement mis en évidences les différentes parties pour faciliter la lecture. Lire la suite

Merci Benoît

20130228-094702.jpg

Tu t’en vas. Humblement, sans bruit, mis à part celui de ton papacoptère. Sans rechercher outre mesure le tapage médiatique. Tu t’en vas comme tu étais venu, en laissant à Dieu toute la place. Tu as su être à la fois prêtre, prophète et chef d’État, philosophe, théologien et père.

Prêtre, car tu n’as jamais dévié d’un pouce de ta mission première : être serviteur du Christ.

Prophète, car à ta manière, par tes sermons, tes audiences, tes motu proprio, tes exhortations apostoliques et tes encycliques tu n’as jamais cessé de témoigner de la Bonne Nouvelle.

Chef d’État, car tu les as tous rencontrés, les puissants de ce monde. En audience privée, tu as pu partager avec eux sur tous les sujets qui te tenait à cœur. Tu n’as pas hésité à donner ton avis sur leurs actions, sur les guerres, les lois, les expulsions … Tu as su faire de la politique au service de l’Homme, et donner un exemple sur ce terrain aussi, alors même que tu l’abhorres. Ton humilité et ta sagesse, les deux qualités indispensable d’un homme politique faisant preuve d’abnégation, sont pour tous un modèle. Lire la suite